Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, faite à Istanbul, le 11 mai 2011 - Renouvellement d’une réserve et communication par l’Andorre.

Adapter la taille du texte :

Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, faite à Istanbul, le 11 mai 2011 - Renouvellement d’une réserve et communication par l’Andorre.

Renouvellement d’une réserve consigné dans une lettre du Représentant permanent d’Andorre, datée du 29 janvier 2020, enregistrée au Secrétariat général le 29 janvier 2020 - Or. fr.

La Principauté d’Andorre a décidé de renouveler pour une nouvelle période de cinq ans, conformément à l’article 79, paragraphe 1, de la Convention, la réserve suivante :

« Conformément à l’article 78, paragraphe 2, de la Convention, l’Andorre se réserve le droit de ne pas appliquer les dispositions prévues à l’article 30, paragraphe 2, de la Convention. »

(Période couverte : du 1er août 2019 au 1er août 2024)

Communication du Ministère des Affaires étrangères d’Andorre, datée du 9 janvier 2020, enregistrée au Secrétariat général le 29 janvier 2020 - Or. fr.

Conformément à l’article 79, paragraphe 3 (Lorsqu’une Partie formule une réserve conformément à l’article 78, paragraphes 2 et 3, elle fournit, avant son renouvellement ou sur demande, des explications au GREVIO quant aux motifs justifiant son maintien.), le Gouvernement d’Andorre tient à informer que dans les cas où le préjudice n’est pas couvert par d’autres mécanismes, l’Andorre considère qu’en acceptant sa responsabilité subsidiaire et en octroyant ainsi une indemnisation à ceux qui ont subi des atteintes graves à l’intégrité corporelle ou à la santé créerait un désavantage pour les victimes d’autres délits. De plus, cette responsabilité subsidiaire n’est pas réglementée à ce jour dans l’ordre juridique interne.

Cette question a été débattue au Conseil Général (Parlement) le 12 décembre 2019, à l’initiative de la parlementaire Mme. Judith Salazar Alvarez qui a présenté l’opposition au renouvellement de cette réserve. Enfin, la chambre a accordé le maintien de cette réserve avec l’engagement d’effectuer les modifications législatives nécessaires pour être en mesure de retirer la réserve relative à l’article 30, paragraphe 2, de la Convention, dans les meilleurs délais. En conséquence, le Gouvernement d’Andorre a décidé d’initier une étude des lois qui doivent être modifiées à cette fin.

En outre, la législation interne prévoit déjà un système de protection intégrale qui comprend, entre autres, l’assistance sociale, sanitaire, psychologique et juridique des victimes.


Retour
haut de page